Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


Le succès des polars régionaux


Si vous faites partie de la catégorie de vacanciers incapables de partir en congés sans un polar dans leurs bagages, et si vous aimez l’Alsace, alors vous êtes doublement chanceux, car notre région est riche d’ouvrages qui donnent des frissons. Enquête sur un phénomène en plein essor pour vivre un été glaçant.

  

Les symboles alsaciens, des lieux de la région décrits parfois dans les moindres détails, des protagonistes typiques, une trame policière du meilleur goût, des titres très évocateurs comme Le Cauchemar de la cigogne, La Petite Canarde alsacienne, Sherlock Holmes et le Mystère du Haut-Koenigsbourg. Voilà ce qui fait le squelette du polar régional.

 

Ce n’est plus une nouveauté, mais peut-être encore un mystère : les polars régionaux ont la cote. Le roman policier fait partie des littératures les plus demandées et les plus populaires. 

 

C’est une lecture facile, qui promet un bon moment de détente, et le côté régional permet d’établir une complicité, mais aussi de découvrir des lieux qui se trouvent près de chez soi et que l’on ne connaît pas si bien, sans se prendre la tête. C’est indéniable, les lecteurs aiment les histoires dont l’action se déroule près de chez eux. Ils peuvent reconnaître des lieux qui existent vraiment et parfois des personnages inspirés de la réalité. Les ventes de certains titres (par exemple Sherlock Holmes et le Mystère du Haut-Koenigsbourg) réjouiraient nombre d’éditeurs parisiens, et permettent au Verger Éditeur (établi à Barr) de poursuivre l’aventure littéraire avec autant de passion. 

À Haguenau, une autre maison d’édition compte sur la valeur sûre qu’est devenu le polar : il s’agit des Éditions du Bastberg. Cette maison publie une dizaine de polars par an, tirés entre 500 et 1000 exemplaires, et régulièrement réédités. La collection, lancée en 2000, atteint aujourd’hui les
150 titres.

 

Des stars régionales

 

Les Éditions du Batsberg et Le Verger éditeur ont investi ce créneau porteur qui leur rapporte de beaux succès d’édition: des « long-sellers ». Dans ce secteur, les succès se « fabriquent sur la durée ». Ces deux maisons se partagent le marché et s’appuient sur les « stars » régionales : 

 

Pour le Batsberg : 

André Cabaret (Pesticible), 

Michel Kopp (Contre chocs) 

Patrick Demory (Les Conjurés d’Amida), Jean-Pierre Schackis (Au nom du père et du… ), 

Jean-Marie Stoerkel (Le Mystère de la chambre forte) 

Mina Moutski (Vent d’Est - U Grecale et bientôt Non Retours), 

Claude Schmitt (La Mort des pigeons) 

Jean-Marie Stoerkel (Crime de guerre en Alsace), 

Renée Hallez (Sale Temps pour les peluches, U-ne sou-ris ver-te, et dernièrement La Parole confisquée). 

 

Pour le Verger : 

Annette Fern (Fais ta prière, Shimon Lévy) 

Joël Henry (Pêche mortelle à Strasbourg ou Gangsters et Grand Hamster), 

François Hoff (Les Mystères de Strasbourg), 

Pierre Léon (Faut-il tuer Aline Merlin ?), 

Sylvie de Mathuisieulx (La Part d’ombre des lumières), 

Pierre Kretz (Le Disparu de la route des vins), 

Et bien sûr l’incontournable Jacques Fortier, auteur notamment de Quinze Jours en rouge, Chapitre fatal à la cathédrale, ou encore Sherlock Holmes et le Mystère du Haut-Koenigsbourg, dont l’action de déroule en 1909. La France a perdu la guerre, l’Alsace-Lorraine est entrée dans le IIe Reich. Dans la campagne anglaise, Sherlock Holmes goûtait aux joies de la retraite, mais il va reprendre du service). C’est LE polar best-seller en Alsace.

 

Celui du Bastberg reste « U-ne sou-ris ver-te » de la très prolifique Renée Hallez. Le titre, dont la première publication date de 2008, est réédité chaque année, sans pour autant atteindre le chiffre du grand succès du Verger, Sherlock Holmes et le Mystère du Haut-Koenigsbourg, dans la collection des Enquêtes rhénanes, paru en 2009 sous la plume « magique » de Jacques Fortier, qui a dépassé à lui seul les 20 000 exemplaires (il existe également une adaptation en BD de ce roman, signée Roger Seiter et Giuseppe Manunta, traduite à l’étranger, notamment en espagnol, et en négociation pour une traduction allemande).

 

Pierre Marchant, le patron du Verger, confirme le succès de la collection des Enquêtes rhénanes : 100 000 volumes vendus depuis 2009 (soit presque 40 livres), un modèle de « long sellers », on l’a dit, des titres qui ont une vie en librairie de plusieurs années, un taux de retour très en dessous de la moyenne nationale, une collection qui franchit les frontières (déjà deux traductions accueillies aux USA et en Suisse) et un succès qui se prolonge en numérique.

 

Pas de concurrence ? 

 

Pour Philippe Krauth, le jeune directeur des Éditions du Bastberg, il n’y a pas de concurrence avec le Verger, car les cibles ne sont pas les mêmes. Les livres publiés par le Verger s’orientent vers des enquêtes, comme le nom de la collection l’indique, alors que les Éditions du Batsberg publient des histoires plus « trash ». « Je pense que l’on se complète », affirme Philippe Krauth, qui conclut en souhaitant remercier les auteurs qui « font beaucoup pour la maison. Je pense que pour le Verger, c’est pareil, les auteurs jouent le jeu et pour nous c’est très important ».

 

Un mot sur polar.zonelivre.fr, un site qui ne recense que des polars, avec aussi une page spéciale Alsace, sur les romans policiers dont l’intrigue se situe dans la région, de Strasbourg à Belfort, en passant par Colmar. Les romans sont classés par ville, mais si le lieu où se déroule l’action n’est pas clairement défini, l’ouvrage se trouve classé dans la catégorie département.

 

Ces auteurs, amoureux de leur région et férus de romans policiers, sont la preuve qu’un polar n’a pas forcément besoin d’avoir pour théâtre les rues de Paris, Londres ou New York pour être efficace et percutant. Outre leur qualité littéraire, ces ouvrages permettent également de donner vie autrement à des lieux qui nous sont familiers, conférant ainsi un relief bien particulier au récit tout comme aux personnages. Des éléments qui ne peuvent que séduire le lectorat alsacien, dont la fidélité ne se dément pas. 

 

Quoi de plus judicieux que de foncer en librairie se procurer ces « Elsass Polars » ? 

À dévorer sans la moindre modération !  


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales